AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Valentina Ivanovitch
❥ A CHICAGO DEPUIS LE : : 21/01/2017
❥ COMPTE EN BANQUE : 254
☰ POINTS RPS : : 272
❥ BIRTHDAY : : 06/06/1994
❥ ÂGE : : 23
❥ AVATAR : : Skye
❥ TA LISTE DE CHOSE A FAIRE : : demander la permission à maman pour un rêve et pour avoir un animal de compagnie!

❥ TON ENTOURAGE : : Maman, Elyzabeth , Claire ma gardienne!
Revenir en haut Aller en bas
Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch] - Mer 24 Mai - 7:37

Si rien ne surpasse les joies de l'amour maternel, rien aussi ne surpasse ses douleurs.Jean-Benjamin de Laborde

Valentina était une petite fille élevée seule par sa mère et son
entourage. Il n'y avait pas de papa dans le décor. Ce n'est pas tant
que cela avait manqué à Val de ne pas avoir eu de père, au contraire!
Sa mère s'occupait très bien d'elle et Valentina ne présentait pas
réellement de problèmes. Elle avait quelques difficultés en anglais et
en français, elle avait toujours ce petit accent russe accroché aux
bouts des lèvres et elle était un peu hyperactif, mais en soi, elle
n'avait pas grand problème. Elle était obéissante, aimable et
serviable. Elle avait tout de la petite fille modèle, avec une forte
personnalité et de nombreux intérêts, comme elle était tant curieuse!
Ce qui ne manquait pas de lui conférer un certain charme.
Elle ne manquait de rien et s'épanouissait. Elle grandissait tout à
fait bien, également. Bien entendu, elle n'avait pas tout à fait
conscience de tous les sacrifices que sa mère faisait pour elle dans
de telles circonstances, mais elle lui rendait bien, sans le savoir,
tous ses efforts d'un amour si pur et chaleureux.

Depuis qu'elles étaient venues habités ici, Valentina avait un peu le mal du pays et elle était nostalgique de la Russie. C'était une enfant qui aimait bien avoir son petit nid douillet et tout ses repères à porter de mains. Elle s'acclimatait tout de même bien et c'était pour le mieux qu'elles étaient à Chicago. Puis, il arrivait que Valentina prenne conscience qu'en comparaison à ses petites amies de l'école, elle n'avait qu'un parent, qu'une maman sur qui compter et passer les soirées à la maison. Ce qui la faisait se questionner et prendre délicatement et tranquillement conscience de la situation. Il lui était déjà arrivé de poser des questions à ses professeurs hommes si eux avait des petites filles ou bien à des hommes proches d'elle et de sa mère, s'ils étaient son père ou s'il le pouvait. Un jour, Valentina s'était mis à pleurer lorsqu'elle avait dû décrire sa famille par un dessin, car lorsqu'elle l'avait présenté devant la classe comme c'était demandé, ses camarades de classes l'avait questionner sur son père et elle était honteuse de ne pas savoir quoi répondre.

Ce soir, Valentina et sa mère étaient en train de faire le toilette et la routine d'avant dodo. Valentina était en train d'enfiler son pyjama à côté de la baignoire. Sa mère était en train de l'aider à enfiler son haut. Ainsi, elle demanda à sa douce maman : Pourquoi je suis la seule à ne pas avoir de papa?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elyzabeth Ivanovitch
❥ A CHICAGO DEPUIS LE : : 21/01/2017
❥ COMPTE EN BANQUE : 186
☰ POINTS RPS : : 208
❥ BIRTHDAY : : 19/01/1992
❥ ÂGE : : 25
❥ AVATAR : : Lindsay Davis Nucci
❥ TA LISTE DE CHOSE A FAIRE : : Trop

❥ TON ENTOURAGE : : Ma fille ¤ Valentina ¤ Eric ¤ Lexie ¤ Claire
Revenir en haut Aller en bas
Re: Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch] - Mer 31 Mai - 12:40
J’étais une maman comblée j’adorais ma fille. Dire que cette petite fille adorable n’aurait pas existé si je m’étais fait avorter. Je ne changerais pas ma vie pour la vie de quelqu’un d’autres puisque j’aimais ma vie tout simplement. J’avais de la chance parce que Valentina ne m’avait pas posé de question sur son père. Je savais bien que ça allait arriver, mais je ne savais pas quand exactement. Je devais me préparer rapidement parce qu’elle pouvait me poser des questions sur son père . Je ne savais pas quoi lui dire je ne pouvais quand même pas lui dire que nous avions eu une aventure d’un soir elle était encore trop petite pour comprendre ce qu’était une aventure d’un soir.

Ma fille avait encore le mal du pays et elle était nostalgique de la Russie ce que je comprenais tout à fait. Malgré tout ça elle aimait Chicago et c’était tout ce qui comptait. Ce n’était jamais facile de quitter son pays d’origine.  J’en savais quelque chose, mais je ne regrettais pas ma décision j’avais besoin d’un changement, mais j’aurais du y penser avec l’arrivée de Valentina. Peu importe elle allait s’y habituer du moins je l’espérais.

J’étais en train de faire la routine de Valentina avant le dodo. C’était un moment que j’adorais avec Valentina parce qu’après tout ça c’était la session câlin et bisous avant le dodo. Ma fille était toute ma vie et je serais prête à tout pour elle comme n’importe quelle maman prête à tout pour ses enfants. Valentina me posait la question  je devais trouver une manière de lui dire. Je regardais ma fille et je m’adressais à elle.

Je dois te dire quelque chose ma puce et bien tu as un papa, mais je n’ai pas eu la chance de lui dire. Parce qu’il ma dit qu’il n’était pas prêt à  être papa qu’il voulait profiter de la vie. Quand j’ai su que j’étais enceinte je ne voulais pas être un fardeau pour lui, donc j’ai préféré ne rien dire.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valentina Ivanovitch
❥ A CHICAGO DEPUIS LE : : 21/01/2017
❥ COMPTE EN BANQUE : 254
☰ POINTS RPS : : 272
❥ BIRTHDAY : : 06/06/1994
❥ ÂGE : : 23
❥ AVATAR : : Skye
❥ TA LISTE DE CHOSE A FAIRE : : demander la permission à maman pour un rêve et pour avoir un animal de compagnie!

❥ TON ENTOURAGE : : Maman, Elyzabeth , Claire ma gardienne!
Revenir en haut Aller en bas
Re: Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch] - Sam 3 Juin - 7:11

Si rien ne surpasse les joies de l'amour maternel, rien aussi ne surpasse ses douleurs.Jean-Benjamin de Laborde




Valentina était en train de se faire essuyer afin d'être sèche après sa sortie de bain. C'était la routine du dodo. Puis, elle était en train d'enfiler son pyjama avec l'aide de sa maman. C'était un moment qu'elles aimaient partager tout particulièrement ensemble. Valentina était une enfant débordant d'énergie et ce retour au calme, lui procurait le plus grand bien, qu'on se le dise. Elle en n'avait pas conscience, mais sa mère oui. Elle avait bien fait d'instaurer ce plaisir et ce moment de détente. C'était un peu comme le dimanche matin, où elles dormaient ensemble la veille et où elles faisaient la grâce matinée. Un spécial du weekend après avoir passé le samedi souvent soit à faire les courses, cuisiner ensemble et à faire une sortie. Elles avaient des traditions et des routines. Le vendredi soir, c'était souvent soirée film ou cinéma. Parfois karaoké et danse dans le salon, en pyjama. Elles n'étaient bien souvent que toutes les deux. Elles étaient proches, Valentina lui confiait tout, telle une petite fille modèle et confiante envers la vie et sa mère. Elle se sentait en sécurité et épanouie. C'était une enfant facile et cordiale. C'était un ange sur deux pattes, les ailes en moins. Elle avait un sourire rayonnant, à chaque matin, bien qui lui arrive d'être plus marabout que d'autres fois. Elles affronteraient le monde ensemble, en famille unie. Il arrivait cependant que Val se pose des questions sur sa différence par rapport à ses copines. Comme par exemple, pourquoi n'avait-elle que sa mère comme parent. Ce qui poussa la petite à poser la question à sa mère, histoire d'assouvir sa curiosité et ses doutes, voire, ses craintes. À cela, sa mère lui répondit qu'en réalité, elle avait un père, mais qu'elle n'avait pas eu la chance de lui avouer l'existence de sa fille. Valentina comprenait vaguement, mais des émotions venaient la trahir et l'habitée, sans qu'elle sache pourquoi. Sa mère lui expliqua que cet homme n'était pas prêt à avoir d'enfant. Pour Val, c'était normal d'être parent lorsqu'on était adulte. Profiter de la vie, comment pouvait-on profiter de la vie autrement qu'avec ses enfants, pensait-elle. Elle ne comprenait pas trop ce point, impossible, à son âge. Finalement, sa mère lui dit: «Quand j’ai su que j’étais enceinte je ne voulais pas être un fardeau pour lui, donc j’ai préféré ne rien dire.» Ainsi, triste, Val demanda à la suite : « Tu crois qu'il ne m'aurait pas aimé, il n'aurait pas changé d'avis?».  Elle avait ce regard suppliant. Elle fixait sa mère dans les yeux et puis faisait des aller retour en regardant le sol, honteuse.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elyzabeth Ivanovitch
❥ A CHICAGO DEPUIS LE : : 21/01/2017
❥ COMPTE EN BANQUE : 186
☰ POINTS RPS : : 208
❥ BIRTHDAY : : 19/01/1992
❥ ÂGE : : 25
❥ AVATAR : : Lindsay Davis Nucci
❥ TA LISTE DE CHOSE A FAIRE : : Trop

❥ TON ENTOURAGE : : Ma fille ¤ Valentina ¤ Eric ¤ Lexie ¤ Claire
Revenir en haut Aller en bas
Re: Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch] - Dim 4 Juin - 16:56
Je me doutais bien que ma fille allait être déçue en apprenant l’existence de son père. J’aurais bien voulu lui en parler, mais depuis cette fameuse nuit je n’ai pas eu la chance de le revoir pour lui parler de l’existence de Valentina. Je devais trouver son numéro de téléphone, mais je ne savais pas où le trouver je demanderai l’aide de la police, mais je devais trouver une bonne raison. Pour le moment, je n’avais pas eu la chance de m’en occuper avec le boulot.

En ce moment, je travaillais beaucoup aussi et je m’occupais de ma fille. Parfois je regrette de ne pas en avoir parlé à son père. Il m’avait dit qu’il n’était pas prêt à être père qu’il voulait profiter de la vie. Une fois le bain terminée j’essayais ma fille en lui enfilant son pyjama et ses petites culottes. Je savais bien qu’un jour ou l’autre Valentina me poserait des questions sur son père. Elle ne pouvait pas comprendre ce qui se passait elle était encore trop jeune, mais elle me posait des questions et il n’était pas question que je mente à ma propre fille. Peu importe, je lui dirai la vérité. Ma fille S’adressait à moi en me disant que son père ne l’aurait pas aimé et il n’aurait pas changé d’avis. Je regardais ma fille dans les yeux et je m’adressais à elle.

Bien sûr que non ton père t’aurait aimé comme moi je t’aime. Je suis persuadée que ton père aurait changé d’avis en te voyant pour la première fois.

Je voyais bien la tristesse dans le regard de ma fille elle aurait aimé voir son père ce qui est tout à fait normal à son âge. Je la serrais dans mes bras en lui faisant pleins de câlins. Je regardais ma fille dans les yeux et je m’adressais à elle.

Tu sais que je t’aime ma puce et je vais tout faire pour contacter ton père afin de lui parler de ton existence.
Voir le profil de l'utilisateur
Un amour sans bornes [Elyzabeth Ivanovitch]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [SANS SUITE] bug des pistons [psp]
» Bientôt l'amour sans capote.
» Dana / Comme quoi, une femme sans amour c’est comme une fleur sans soleil, ça dépérit...
» Un homme errant sans coeur
» Pinpin d'amour est sans voix...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHICAGO DREAMS :: Chicago :: Les logements :: Sint Martin-